samedi 19 avril 2014

Ciao Tutti!



Les amis, je pars !







Dans quelques heures, je serai dans l'avion...Au-dessus des nuages ! Pour tomber du ciel loin, là-bas, en Italie.

Je n'aurai pas d'ordinateur, et je vais tenter de résister à l'appel du portable. Je ne l'allumerai que très rarement, et serai déconnectée de tout, même si je pense que … cela va me faire un drôle d'effet ! Je tiens à m'excuser du silence à venir.
Une quinzaine de jours un peu coupée du monde, j'en ai tellement besoin ! Une virée à deux, un peu magique, un peu féerique, hors du temps, hors du monde, dont je me réjouis depuis si longtemps...
Revoir une bulle perlée : Venise...Prendre le train italien, bondé, sous le soleil, et découvrir une (autre) merveille de culture : Florence...
Tout cela en tenant la main de celui qui me semble à l'origine de tout le soleil de la terre, qui ne fait que répandre le bon et le bien autour de lui, et qui, je n'y crois toujours pas, a choisi ma main à moi...
Honnêtement, cela fait plusieurs semaines que je compte les jours, et plusieurs jours que je ne touche plus terre. Je ne sais pas si c'est cette bonne humeur dont pas mal d'entre vous m'ont parlé à propos de certaines photos ou d'articles, mais c'est vrai que j'ai réellement un petit soleil dans la tête, là...S'il a pu être (un peu) communicatif, j'en suis encore plus réjouie !






Je vous ai peut-être un peu saturés d'images et de présence, sur Instagram, ici, sur Facebook...Mais c'était pour mieux me retirer un peu ! Vous allez souffler sans moi ! (Enfin, certains ont dit tout gentiment que j'allais leur manquer, et cette réaction qui avait le charme des exclamations enfantines, sans doute mue par un élan de politesse, m'a fait tout de même sourire...15 jours sans petits déj à la Cél... Si si, ça va peut-être vous faire bizarre en fait ! En tout cas, moi, vous allez drôlement me manquer! ) Mais après, je reviens, et je me rattrape ! Ça vous va, comme promesse ?...




Du coup, je vous laisse en vous embrassant bien fort, tous,
 les petits nouveaux, les timides cachés, les bavards, sachez que vous êtes uniques et tellement précieux, et que si je le pouvais, je vous ramènerais des paquets de pasta et des Panettone à chacun. (Mais il y aurait un petit souci avec le poids des valises. Surtout que vous commencez à vous faire, comment dire, un peu plus nombreux. ) Je sais, ça ne remplace pas, mais, je vous promets que j'emmène mon petit et fidèle appareil photo, et que je compte bien vous offrir quelques clichés volés et quelques mots aussi (je ne peux pas m'en empêcher....) dès mon retour ! Quoi, vous auriez préféré les pâtes ?



Eh ! J'avais envie de vous laisser en vous mettant une nouvelle série d'Instagourmands...
On reprend le processus : je publie tout, en vrac, sans les mettre en bouquet, sans arracher les racines, et vous me dites...Si vous voulez une recette, plusieurs, celui que vous aimez bien, celui que vous n'aimez pas du tout (mais oui!), celui qui vous laisse sceptique...Celui qui vous intrigue...
Et après, je publierai une des recettes, ou même plusieurs, selon ce que vous me direz !


Le petit Prince  (fruits, flocons et graines B612...)

La vie en bleu (pain au levain épeautre-raisin-noix, smoothie bicolore)


Salade sucrée-salée des vacances

"Lov is good"

Déjeuner sur l'herbe


Crêpe GF riz-amande à la confiture de fraise simplifiée

Le déjeuner des étoiles

Les couleurs de l'aurore
Cél-way-half-moon-porridge (Hommage à Ophélie! )

Make up in a bowl!

Grand Bol façon tarte Tatin


Les asperges sur Le Monde



Fairy breakfast


Le meilleur smoothie du monde, et porridge matcha framboise

 


 Oh! Et comme je suis plutôt ouverte, comme fille (open, la nana), vous pouvez également redemander ceux de la dernière fois, ici! Si ça, c'est pas du choix, franchement ! Et vous pouvez aussi faire plein de Woody Breakfasts et de Tartes-nuages...




Je risque d'être déjà partie à l'heure où vous lirez ces lignes.
 En fait, j'ai hâte de revenir, et de retrouver vos petits mots, cela adoucira mon retour sur terre, et cela m'amuse, comme principe ! N'hésitez pas, lâchez vous, je ne suis pas là ! La maîtresse est sortie, youhou !



Je vous souhaite plein de bons moments, pendant ces deux semaines. Prenez soin de vous. Tous. Soyez doux avec les autres, et aussi avec vous-mêmes. Soyez tout souriants, parce que c'est un virus qui se communique vite, et soyez très heureux, parce que la vie est belle !
A très bientôt !

Le top départ est lancé, je suis partie, vous pouvez vous défouler ici-après !








mercredi 16 avril 2014

Lettre à un nuage





Vous le savez si vous avez lu les récents articles... Suite à la « lettre au printemps », un défi bloguesque a été lancé ! La charmante Iliana m'a donc imposé un nouveau sujet : écrire une lettre à un nuage. (Elle a de ses idées, me direz-vous. Oui... Mais moi j'adore les défis! Alors j'ai essayé...)
Et puis...
Je n'ai pas résisté, j'ai eu envie de terminer cet article par une petite recette! Donc, si la poésie ne vous intéresse pas, et que l'appel du ventre est plus fort que l'appel du cœur, (ce qui est parfois une tendance involontaire toute pardonnable!) c'est en bas que ça se passe!

Oh ! N'hésitez pas à commenter, à ajouter, corriger, dire ce que vous en pensez... J'en aurais l'esprit, disons...tout solaire...!










         Roger,


J'ai laissé la clé sous la troisième étoile en partant de la droite.

Oui, je sais, tu as l'habitude. Depuis le temps que je traîne chez toi...C'est que je m'y sens si bien ! Depuis toute petite je me vautre sur tes coussins, et j'allonge les années à tes côtés en même temps que mes jambes sur ta douillette table basse. Ceux qui m'aiment me rappellent que Céline vient de « caelum », le ciel. « Tu es tombé du ciel ? Oh, ça c'est drôle !... » C'est ce que dit le Petit Prince à l'aviateur. A chaque fois, je souris à ce passage. Je n'aime pas prendre l'avion, je n'aime pas avoir ce sentiment de ne pas être à ma place, dans une machine qui consomme plus d'essence et d'énergie que je ne saurais l'imaginer. Je n'aime pas le ronflement de la machine, cela me fait peur, et quand je regarde le paysage céleste à la fenêtre rayé par une aile, j'ai l'impression de tenter de lire une histoire magnifique alors que la page est défigurée par un grand trait gris trop envahissant. Pourtant, pourtant, moi aussi, j'ai l'impression d'être tombée du ciel. Ça c'est drôle.
Autour de ma petite tête, quand j'évolue dans ce drôle de monde, il reste un peu de brouillard, un peu de ton coton blanc accroché à mes cheveux. Je ne le chasse pas, parce qu'il me rappelle d'où je viens. Et parce que les gens qui vivent sans brume autour de la tête sont d'un cartésianisme lucide qui me déçoit souvent. A ceux qui disent « redescends sur terre ! », j'ai envie de répondre « monte un peu aux cieux ! » , mais la connotation religieuse pourrait les effrayer, alors je ne dis rien. On dit des dieux ou des morts qu'ils « montent aux cieux », jamais qu'ils « montent dans les nuages ». Pourtant, monter dans un ciel d'azur, ce doit être presque triste ! J'aimerais tant monter aux cieux ennuagés...Moi, le jour de mon grand départ, je voudrais un ciel plein de coton. Un ciel fait de ma demeure moelleuse, mon petit habitat cérébral.

C'est si pauvre, un ciel sans nuage. Si plein d'ennui. Cela donne l'illusion d'une perfection atteinte, alors que ce n'est toujours qu'éphémère. Un ciel sans toi, c'est un océan limpide vu du bas, un chemin sans embûche, une journée sans souci, une vie sans trouble. Qui croirait à cette fable ? Tu nous rappelles que la perfection est monotone. Tellement inaccessible et illusoire qu'elle n'est pas souhaitable. Avec mon coton dans les cheveux, je regarde les chemins de ceux que je croise, je les envie parfois, mais j'essaie de ne jamais perdre de vue le fait qu'il n'y a pas de cieux sans nuées. Et heureusement. Tous les nuages que nous traversons sont utiles et beaux, à leur manière, tous...Les gros nuages très sombres, ceux qui nous feraient baisser les bras, comme les petits, les minces bouts de tissu blanc effilochés, les écharpes de brume qui se dissipent rapidement pour laisser les rayons du soleil nous réchauffer le cou. On apprécie tellement le soleil un jour de nuages. Et puis, l'ombre a ses vertus que le bronzeur ne connaît point. Ne renoncez pas à vos en-nu(i)ages... Ils sont précieux...



Tu es d'une telle douceur, mon petit Roger. Sous toutes tes formes, tu ne peux qu'évoquer le tendre et le moelleux. On mange bien, chez toi. Tu es la guimauve que nous fourrions dans notre bouche, quatre enfants que nous étions, avant de chanter une chanson et de dire  « tu reconnais, tu reconnais ?... » (Nous avions des jeux charmants.) La mousse à la framboise. La crème aérienne qui fond instantanément, qui se laisse à peine goûter, la bouchée de barbe à papa qui ne peut même pas se mâcher, qui fond et qui laisse la bouche collante. Te regarder, t'embrasser est un plaisir régressif et gourmand à lui tout seul, d'une légèreté sans pareille, d'une onctuosité qui se déguste.
En plus, tu es si magnifiquement vivant. Non seulement tu es (presque) imprévisible, mais, au sein d'une même journée, d'une même heure, d'une même minute parfois, tu t'élances, tu t'étires, tu te pousses, tu nous suis ou tu descends toute la gamme chromatique. Tu grossis ou tu maigris à vue d’œil, mon pépère. Tu n'en fais qu'à ta tête, et à l'heure où l'homme peut aller marcher sur la lune, dompter la terre et le feu, il ne peut toujours pas prévoir la pluie à une heure. C'est un jeu, avoue-le, tu veux le remettre à sa place. Lui rappeler qu'il n'a pas une puissance sans l'ombre d'un nuage. « Senza nubi », comme disent les Italiens.
Nuage, ça vient de νέφος, en grec ancien, considéré comme un mot-racine. Un nuage qui est un mot-racine, ça aussi c'est drôle.
J'ai pour toi tant d'affection, Roger, je ne te le dis pas suffisamment. Un amour pour un cloud sweet cloud que je partage. Une tendresse jamais dimi-nuée. Certains disent de toi que tu n'es qu'un amas de vapeur. Ils me font bien rire ! Amas de vapeur eux-mêmes ! Non, tu es une berceuse du ciel, une voix maternelle qui chante l'anticyclone. Un drap de coton (bio) tout parfumé, un voile posé sur les aveuglantes clartés qui pourraient nous brûler. Tu joues les intermédiaires, et si tu te fais menaçant, c'est pour mieux, après une orageuse et nécessaire colère, laisser le ciel s'éclaircir, le bleu se montrer à nu. Dénudé du nu-age. 


Hors du ciel point de salut... mais du ciel nuageux, alors.



Je t'embrasse, mon Roger, mon amant blanc de cœur, ma douce couverture. Tu es l'écume dont mes rêves sont faits, et je n'imagine pas la vie sans toi. Puisse l'habitant du ciel, s'il en est un, nous préserver d'une météo trop calme, d'une vie d'azur trop lisse, d'un ciel écrasant, sans nuage. Puisse-t-il laisser tous ceux qui le veulent se rendre chez toi à l'improviste.
Pour le loyer, tu préfères par chèque ou virement ?

A ce soir.

Cél.









Post Scriptum :

Vous resterez bien pour le thé, les amis?... Donc, j'avais envie de conclure la lettre avec une petite recette simplissime...Une recette fraiche, qui fond en bouche, et légère, oh! Comme un nuage! ...



Ce sont des petites tartelettes au citron qui n'ont pas fait long feu chez moi en ce jour tout printanier. J'adore la tarte au citron, mais elle est souvent un peu trop riche, la crème est rarement à mon goût, je suis un peu difficile en la matière, et je me suis servie de cette excuse pour en tester plein! Or, ici, ne vous attendez pas à une tarte au citron classique, c'est très différent, mais non moins succulent. Le fond de tarte est cru, tout simple, et se déguste tout seul. Et si vous préférez vous en passer, vous pouvez aussi simplement faire la mousse, et la déguster étalée sur du pain grillé, ou même à la petite cuillère...La banane est juste présente ce qu'il faut, et la mousse est très aérienne, doucement acidulée, avec cette petite pointe de pavot....enfin, si j'osais, je dirais que c'est un régal absolu! Essayez, ça prend deux minutes, et vous m'en direz des nouvelles...



Nuage-tartelette crue au citron, banane et pavot.

(Pour 4 petites tartelettes, ou 2 grosses.)

Pour le fond de tarte(lette) :
-60 g de pâte de datte
-30 g de noix du Brésil
-30 g d'amandes
-1 cuillère à soupe de tahini

Pour la mousse au citron :
-2 grosses bananes (ou 3 petites)
-2 citrons
-2 cuillères à soupe rases de pavot bleu
-3 cuillères à soupe de miel d'acacia (ou de sirop de riz, d'agave...)
-120 ml de lait d'amande
-1 cuillère à café d'agar-agar

Et en bonus!
-Quelques framboises
-Graines de sésame toastées



-Préparez la pâte :
Dans le bol du mixeur, mettez les amandes et les noix du Brésil, et réduisez-les en poudre. Ajoutez la pâte de datte, puis le tahini, et mixez.
Tassez le mélange avec les doigts humides au fond de 4 moules à tartelettes, ou, comme je l'ai fait, en 2 grands disques à l'aide d'un cercle à pâtisserie, sur une assiette recouverte de film. Recouvrez et laissez reposer au frais pendant que vous préparez le reste.



-Préparez la mousse au citron :
Mixez la banane et le jus des citrons, j'ai ajouté un peu des zestes mais ce n'est pas obligé, c'était juste pour corser un peu l'ensemble.
Dans une casserole, délayez l'agar-agar dans le lait, et portez à légère ébullition pendant 1 à 2 minutes. Ajoutez ce mélange dans le mixeur, puis le miel, et mixez à nouveau. Ajoutez à la fin le pavot et mélangez.
Laissez reposer ce mélange au frais au moins une heure avant de monter les tartelettes.

-Montez les tartelettes
Sortez les cercles de pâte, et disposez la mousse sur le dessus. Garnissez de quelques framboises et de graines de sésames toastées, qui ont toutes les deux la bonne idée de très bien s'entendre avec le citron..


Dégustez tout de suite, ou remettez le tout au frais. (Oui, c'est meilleur servi très très frais, comme le bon rosé de Provence....)





 ....L'anticyclone de la tarte-nuage, vous connaissez?...








dimanche 13 avril 2014

Woody Breakfast



Je suis bien embêtée.
Je publiais il y a une semaine les photos des petits plats que j'avais mis sur Instagram courant Mars, (ici) en proposant des recettes à ceux qui les voudraient. Je m'attendais à 1 retour, 2 tout au plus. Facile. Sauf que...non seulement vous avez été extrêmement nombreux à consulter cette page, mais vous avez même été plusieurs à lever la main pour demander des recettes, et différentes en plus !
Bon alors, d'abord, un grand, un immense merci. J'ai pris beaucoup de plaisir à prendre ces petites photos, mais si elles ont pu trouver des yeux gourmands qui en ont fait une source d'inspiration, j'en suis doublement flattée et ravie. Vraiment. Vous êtes adorables, tous. Voir de plus en plus de monde dans ce petit coin que j'affectionne, revoir les habitués, et découvrir tous les petits nouveaux, lire vos gentils commentaires...tout cela me fait si chaud au cœur! Si je pouvais, je vous remercierais tous, un par un, et je vous enverrais plein de chocolat, et toute la lumière du monde. Je crois finalement que tout ce que je peux faire, pour vous témoigner ma reconnaissance, c'est continuer à publier ici, c'est peut-être un piètre remerciement, mais je sais que vous saurez le recevoir avec indulgence, et je suis profondément heureuse à l'idée de prolonger de jolis moments avec vous. 



Ensuite...


Venons-en donc aux recettes. Je ne pourrai donc pas satisfaire tout le monde (ou du moins pas d'un seul coup!), donc il a fallu choisir...Je me suis arrêtée sur le "Woody breakfast", parce que c'est celui qui retenait l'attention de la plupart, et parce qu'il est particulièrement simple à réaliser. En outre, il s'agit vraiment d'une base toute simple, à décliner selon les matins...D'ailleurs, c'est un peu ce que je fais! Ainsi, c'est une recette 1000 en une. (C'était mon 2ème argument. Vous êtes convaincus?...) 3ème argument : c'est super sain. Oui, le matin, il faut un apport de type céréalier, et notre Woody est à base de flocons de céréales. Il faut un corps gras, ce qu'offrent graines de chia et noix de pécan. Il faut des fruits, frais et secs. Et surtout, il faut se faire plaisir...Et c'est absolument délicieux! (Bon, là, vous êtes vraiment convaincus.)

 
Soyons clairs : je suis presque gênée de publier cette recette ici, qui n'est pas vraiment une recette, et qui décevra toutes les pros de la cuisine qui pourraient tomber sur ces lignes. En même temps, je crois que la cuisine doit aussi parfois être simple, et je ne me vanterai jamais d'avoir inventé l'eau chaude, ni le flocon d'avoine dans le bol de lait : simplement, je partage avec vous mes proportions, et peut-être que je donnerai envie à certaines, les petites voix qui m'ont dit qu'elles ne prenaient rien, ou pas grand chose, au saut du lit le matin.
A ces dernières, j'ai envie de répondre...que j'étais comme elles! Pendant des années, je suis partie, au collège, au lycée, le ventre quasiment vide. J'avais l'estomac qui gargouillait dès 10h, je me jetais sur les petits pains au chocolat vendus à la récréation, je mangeais comme une ogresse le midi, un gros goûter, et pas grand chose le soir. Mon alimentation d'alors laissait quelque peu à désirer peut-être, et en même temps, elle était loin d'être catastrophique : c'est un petit constat à l'optimiste jugement rétroactif, que vous me pardonnerez ici. 
 

Sauf que...j'ai changé. Maintenant, en fait, la matin...j'ai grave la dalle je suis légèrement affamée. Le changement ne s'est pas opéré en un jour, heureusement sans doute. Mais il est clair que je me rends compte que mon corps me crie "merci" de ce virage...c'est pourquoi je ne peux que vous encourager à me suivre sur mon chemin de "grave la dalle"! Je me sens mieux tout au long de la journée, sans coups de fatigue ni saute d'humeur, ni fringale, et surtout...Surtout, j'ai l'impression de m'offrir un vrai cadeau. J'avance le réveil pour avoir ce temps là, ce n'est pas une punition, c'est pour me permettre de me donner le plaisir de ce moment très zen. C'est pour me permettre de prendre vraiment, à l'aube de la journée, avant que tout ne commence, soin de mon corps, soin de moi. C'est pour avoir le temps de m'assoir pour manger quelque chose de consistant, d'équilibré, de copieux et de bon. Essayez, je vous assure : on y gagne en santé mais pas seulement : en sérénité, aussi...Et ça n'a pas de prix. (Pour le reste il y a mastercard. Je regarde trop la télé. Je m'égare.)

Donc. (J'avais dit bref. Je suis nulle en brieveté. Je vous promet de faire un effort.)

















Pour mon petit woody, pour une personne, il faut :

-3 grosses cuillères à soupe de flocons de céréales. (On peut prendre un seul type de flocons pour commencer, je trouve que ceux d'avoine ou de sarrasin sont les plus savoureux. Souvent je fais un mélange, seigle, petit épeautre, avoine, sarrasin, mais libre à vous de prendre les flocons que vous préférez! On peut aussi tester petit à petit...)

-1 cuillère à soupe de graines de chia (Cette petite graine magique, si riche en oméga 3! Elle n'est pas obligatoire, mais le petit déjeuner y gagne en goût, en apport nutritif, et en moelleux...Si vous ne la connaissez pas, je ne peux que vous conseiller de lire l'article de Mély ici. Si vous lui préférez sa cousine la graine de lin moulu...remplacez-la! Ou omettez-la simplement pour commencer...)



 



-1 cuillère à soupe de mulberries séchées (J'adore ces petites pépites granuleuses. On peut les remplacer par des raisins secs!)
-Quelques figues sèches. (Je préfère les Zagros...Mais je les aime toutes, c'est mon fruit sec préféré, j'adore leurs petits grains en bouche!)
 

-quelques noix de cajou
-Un peu de lait (je ne bois que du lait végétal. En l'occurrence, ce matin-là, il s'agissait de lait de noix de cajou maison, mais n'importe quel lait peut faire l'affaire.)

-2 fruits frais (Ici, poire et banane. Il s'agit des dernières poires des côteaux nantais qui ne sont pas loin de chez moi, la saison se termine...)


Pour des raisons pratiques, j'avoue que ce que je fais souvent, c'est que je prépare une grande quantité du mélange flocons et chia le week-end, ou un jour où j'ai le temps, ce qui me permet de gagner du temps dans la semaine. Je multiplie par 5 ou 6 les proportions  (sans les fruits secs, ni les oléagineux, parce que je fais tremper mon muesli par la suite. Or, si on met les noix de cajou à tremper toute une nuit, non seulement elles sont toutes molles (et j'aime que ça croque!), mais elles libèrent des acides qu'il ne vaut mieux pas consommer, à moins de les rincer avant, ce qui n'est pas pratique si tout est dans le même bol!) Je mets donc ma proportion flocons/graines de chia dans un grand bocal. Ainsi, j'ai un muesli maison utilisable à volonté, et à adapter selon mes envies en fruits secs et oléagineux. La veille au soir, je n'ai qu'à préparer donc mon bol, et à mettre sur la table les bocaux de fruits secs et de noix qui me serviront au petit matin.


1*Toastez les flocons. Cela n'est pas indispensable, mais leur goût en est décuplé... Mettez-les dans une poêle, ajoutez une pincée de sel, et faites-les griller à sec, à feu pas trop fort, en remuant avec une cuillère en bois, pendant quelques minutes. Il ne doivent pas noircir, juste dégager une bonne odeur! Laissez refroidir.
2* Mélangez flocons et graines de chia. Mettez dans un grand bocal ou une boîte hermétique.





3*Les graines de chia ont besoin d'au moins une dizaine de minutes dans le liquide pour développer leur mucilage qui rend le tout digeste et moelleux. Donc, vous avez le choix : soit vous préparez le bol le matin avant de faire le thé, de vous habiller, de vous refaire le brushing, tout ça tout ça, et vous revenez, soit (ce que je fais souvent) vous préparez la veille. Ainsi, le matin, il n'y a qu'à sortir le bol du frigo, ajouter les fruits, faire le thé, et se détendre...C'est quand même royal!
Donc, la veille ou le matin : mettez 4 cuillères à soupe de votre muesli (le mélange flocons/graines de chia) dans un bol.
(Je mets 3 à 4 grosses cuillères à soupe, mais c'est à adapter. A votre faim, à vos habitudes... Disons que si vous avez coutume de manger trois raisins secs, commencez par 2 cuillères à soupe...Moi, j'en mets même parfois un peu plus, si je sais que j'ai presque 6 heures à tenir!) Et recouvrez de lait végétal. Ajoutez un peu de vanille ou de cannelle, ou de miel pour les becs sucrés. Mélangez, puis couvrez le bol, et laissez dormir pépère au frigo. Le lendemain, pépère en aura profité pour absorber le liquide en faisant sluuurp, et pour gonfler joliment. 




Brassez un peu et ajoutez un filet de lait. Ajoutez alors les noix de cajou, et les mulberries.






Ensuite, ajoutez les fruits frais découpés (on peut même le faire la veille pour prendre de l'avance, et les garder à part, ce que j'ai fait pendant un temps...mais ils sont meilleurs fraichement coupés, et franchement, ça prend deux minutes de peler et trancher 1 banane et 1 autre fruit, non?... :-))
Si vous êtes d'humeur joyeuse, ajoutez sur le dessus un bonus...Chocolat, pincée de cacao, une cuillère de beurre de cacahuète, enfin faites-vous plaisir : tout ce que vous mangerez sera une énergie mise à profit par le corps dans la journée, croyez-en un grissini qui mange comme 4 à l'aube...

Et...c'est prêt! Juste à faire un délicieux thé à côté...
Alors, ça vous va, une petite recette archi simple?..
Dites-moi ce que vous en pensez, et si vous en voulez d'autres! 

 





















Oh!...

C'est aussi l'occasion de vous dire que désormais, ma timide Pincée de Sel a sa page Facebook..

Je pense que je m'amuserai à publier des instants de vie, des petits plats ou des petites réflexions, moins aboutis que de longs articles, juste des petits signes de la main, en forme de cristaux...de sel ! ;-) N'hésitez pas à vous abonner à la page...
C'est ici!
https://www.facebook.com/pinceedesel